top of page
DSC_3202_edited.jpg

thierry lafont

chorégraphe, danseur, passeur

&

praticien Feldenkrais

 

 

 

 

compagnons :

Virginie Basset

Anne Rabaron

Clotilde Rouchouse

Vanessa Desmaret

Catherine Reverseau

Laurent Dupond

Pierre Cros

Richard Héry

La danse…
«  Etre danseur, c’est choisir le corps et le mouvement comme champ de relation avec le monde, comme instrument de savoir, de pensée et d’expression. C’est également faire confiance au caractère « lyrique » de l’organisme, sans pour autant se référer à une esthétique ni à une mise en forme précise…Le tout étant de travailler d’abord aux conditions organiques de cette émergence poétique. Option féconde, le corps devient un formidable outil de connaissance et de sensation. »

…et le tout-petit
Il est une personne, un être humain que je vais rencontrer, avec qui je vais discuter, vivre un moment de partage. Il n’est pas moins intéressant parce que « rampant » : au contraire, cette posture au sol me convient tout à fait. En tant que danseur, je passe beaucoup de temps allongé au sol pour préparer le corps. Mon attachement au tout-petit vient sûrement de la redécouverte de cette posture  dans laquelle  je reconsidère mon rapport au monde.  Je partage un autre point avec lui : ce non- besoin de parole. Non, pas que nous ne parlons pas, mais que ce que nous vivons ensemble se passe de langage. Pour moi, être avec le tout-petit s’inscrit dans le fait d’être dans la danse.

Je le regarde…
Je le regarde pour ce qu’il est, en surprise de ses grandes capacités, qui me touchent. Je ne cherche pas à le penser plus grand. Je profite de l’immédiateté de son être. Cela m’oblige à m’inscrire dans sa réalité, dans son temps. Parfois, être en sa présence me déstabilise. Cette période est si courte ! Dans un an, avec ses petites jambes, il courra avec des mots qui racontent. J’aime observer son corps et sa façon de le vivre. Je prends conscience que son existence est faite d’expériences sans cesse renouvelées, de continuité et de changements.



 

bottom of page